le Paris Mozart orchestra

Fondé en 2011 par la cheffe Claire Gibault, Le Paris Mozart Orchestra est un ensemble artistique engagé, audacieux et solidaire. Avec des programmes musicaux exigeants et innovants, il défend musique classique, création contemporaine et décloisonnement des arts dans un esprit d’ouverture et de partage. 

Attentifs à tous les publics, explorateurs de nouveaux horizons, nous sommes un orchestre autrement.

Le Paris Mozart Orchestra se produit tout aussi naturellement dans des salles de concerts prestigieuses : Théâtre des Champs-Elysées, Théâtre du Châtelet, Philharmonie de Paris, Théâtre, Théâtre Le Liberté de Toulon, Théâtre des Quinconces au Mans, ou Arsenal de Metz – que dans des maisons d’arrêt, des hôpitaux, des centres de mise à l’abri ou des cantines scolaires. 

Paris Mozart Orchestra

Etre musicien au Paris Mozart Orchestra ce n’est pas seulement participer à une aventure musicale, c’est aussi partager des valeurs humaines fortes. Nous pensons que choix artistiques et esthétiques sont indissociables d’un engagement sociétal fort et assumé. Fidèles à notre engagement, nous allons à la rencontre de jeunes de milieux défavorisés, de détenus, de réfugiés, et de personnes fragiles ou exclues, au travers de concerts, de rencontres ou d’ateliers collaboratifs. 

Mettre en valeur les jeunes et excellents solistes de l’orchestre – qu’il s’agisse du Quatuor Psophos, de musiciens du Trio Hélios ou de l’Ensemble Variances – est au coeur de notre projet artistique et humain. De la même manière, nous adoptons la parité femme/homme aux postes de solistes à chacun de nos concerts et sommes attentifs à une plus grande inclusion de la diversité.

Outre des collaborations régulières avec des artistes de premier plan tels que les sopranos Natalie Dessay, la mezzo Karine Deshayes, ou les pianistes Anne Queffélec et Jean-Claude Pennetier, le PMO prend plaisir chaque saison à se produire avec de jeunes talents exceptionnels tels que les pianistes Adam Laloum et Marie-Ange Nguci, la trompettiste Lucienne Renaudin-Vary ou la harpiste Anaïs Gaudemard.

Ces dernières saisons, Le Paris Mozart Orchestra s’est notamment produit à La Philharmonie de Paris, au Festival de Stresa, (Italie), au French May Festival (Hong Kong-, à la Folle Journée en Région, ainsi qu’à la Cathédrale du Mans. Très engagé en faveur de la parité dans le monde de la musique classique, Le PMO et sa directrice musicale Claire Gibault ont récemment créé – en partenariat avec La Philharmonie de Paris – le Concours International et l’Académie de Cheffes d’Orchestre La Maestra, dont la 1ère édition s’est tenue à Paris en septembre 2020. Dans ce cadre, le PMO participera à de nombreuses actions et concerts en faveur de la nouvelle génération de cheffes d’orchestre, en France et à l’international, jusqu’en 2024. En parallèle se profilent des concerts à la Folle Journée de Nantes et en Région Pays-de-la-Loire, au festival de Pâques d’Aix-en-Provence, une série de concerts intitulée Diversita à la Philharmonie de Paris, ainsi q’une tournée Beethoven l’Africain en France, en Europe et au Mexique.

 

 

Ardents défenseurs de la musique contemporaine et du genre du « mélologue », le PMO passe chaque année commande d’une œuvre pluridisciplinaire à des compositrices et compositeurs venant d’horizons aussi divers que Graciane Finzi, Fabio Vacchi, Silvia Colasanti, Edith Canat de Chizy ou Philippe Hersant, contribuant ainsi à l’émergence d’un nouveau répertoire destiné tant au public d’initiés qu’aux élèves des 19 écoles élémentaires, collèges et lycées partenaires d’Orchestre au Bahut – le dispositif d’éducation artistique et culturelle du PMO, lauréat 2016 de « La France S’Engage ».

Avec son 1er CD Soudain dans la forêt profonde, le PMO s’est plongé avec délice et ferveur dans les univers du compositeur Fabio Vacchi et du romancier Amos Oz. Le double-album Pictures of America (Sony Classical, 2016), à la fois carte-blanche à la soprano et comédienne Natalie Dessay et véritable immersion dans l’oeuvre du peintre réaliste américain Edward Hopper, associe mélologue de Graciane Finzi et Adagio de Samuel Barber à des standards de jazz et de comédies musicales revisitées par Baptiste Trotignon, Cyrille Lehn etc.  En 2018, un coup de coeur pour la dessinatrice Sandrine Revel (Prix Artemisia 2016) a donné naissance à la publication du roman graphique sonore Pygmalion (éditions Les Arènes), revisitant prose de Jean-Jacques Rousseau et musique de Georg Benda avec un pincée de féminisme.

Sans eux, l’essence même du projet de PMO et de la vision de Claire Gibault ne serait pas possible. Merci à notre grand mécène  la Fondation Daniel et Nina Carasso, ainsi qu’aux fondations ADP, Ardian, Crédit Agricaole, Ile-de-France, SFR et Total, à Vivendi Create Joy, La France S’Engage, La Maison de la Musique Contemporaine, la SACEM, la DRAC et la Région Ile-de-France pour leur soutien sans faille.